The gun is smoking in Georgia

The gun is smoking in Georgia

En anglais, l’expression “smoking gun” désigne une preuve évidente, flagrante.

Au soir du 3 novembre (jour de l’élection), le candidat Républicain devançait le candidat Démocrate en Géorgie par plus de 110.000 votes.

À 22h25 dans le comté de Fulton, Géorgie, les observateurs Républicains étaient invités à quitter le centre de comptage (“State Farm Arena”) en raison de la rupture alléguée d’une canalisation:

Image for post
Image for post

Il n’existe aucune trace de cette rupture de canalisation.

Ce nonobstant, les observateurs du scrutin quittaient prestement le centre de comptage.

Lors d’une audience publique, les avocats Républicains exhibaient hier une vidéo du centre de tabulation de la “State Farm Arena” enregistrée après que les agents du scrutin ont quittés les lieux à 22h25.

On y aperçoit distinctement quatre personnes restées sur place en fraude des consignes.

S’étant assurées que tout le monde avait quitté les lieux — fonctionnaires, observateurs, presse — ces quatre personnes vont tirer des valises sous une table séparée:

Image for post
Image for post

Il apparaît que ces valises sont truffées de bulletins de vote, que les “Quatre” se mettent tranquillement à comptabiliser.

Il est estimé que 18.000 bulletins de vote ont été tabulés par ces quatre personnes durant la séquence filmée — approximativement entre 23h00 et 01h00 — en fraude directe de la loi. (L’écart final entre les deux candidats est de 12.000 “voix”.)

Deux personnes présentes sur place ont témoigné sous serment notarié de la réalité de ces allégations. Rappelons qu’un tel témoignage, s’il est faux (parjure), expose son auteur à 10 à 20 ans de prison ferme en droit américain.

En réaction, le gouverneur Kemp de Géorgie ordonnait hier à son Secrétaire d’Etat d’enfin procéder à un audit des signatures. Dans son principe, cet audit est double : vérifier les signatures avec de précédentes occurrences de la même personne, surtout comparer le nombre d’enveloppes conservées et le nombre de votes par correspondance effectivement enregistrés. Dans le système de vote par correspondance en Géorgie, l’électeur envoie son vote dans une enveloppe qu’il signe (le bulletin de vote proprement dit reste anonyme) : la comparaison des deux nombres — enveloppes, et bulletins enregistrés — est donc infaillible.

Cet audit, qui n’est pas un simple recompte (lequel n’apporte pas grand-chose) permettrait de déterminer très simplement si les allégation de fraudes massives des Républicains sont fondées, ou pas.

Par deux voies différentes — la voie constitutionnelle pour la Pennsylvanie (Dershowitz), et la voie de l’audit pour la Géorgie — il apparaît que deux Etats sont “mûrs” pour d’intéressants développements.

Drieu Godefridi, PhD

4 décembre

PhD Sorbonne

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store