Coronavirus chinois de Wuhan: ma réponse au communiqué de l’Ambassade de la Chine communiste en France, 22 mars 2020

Drieu Godefridi, PhD.

Image for post
Image for post

“Observation d’un membre de l’ambassade de Chine en France des quelques vérités sur l’épidémie de Covid-19”

Texte original du communiqué en caractères ordinaires, ma réponse en bold.

2020/03/22

“Ces derniers temps, la propagation du Covid-19 s’est accélérée dans le monde, au point que l’OMS a officiellement qualifié le phénomène de pandémie et appelé les différents Etats à s’impliquer davantage, tant politiquement que matériellement.

La situation épidémique en Europe, y compris en France, est tendue. Certains médias, tout en faisant largement état des difficultés et des défis auxquels sont confrontés les gouvernements et les populations dans leur lutte contre le virus, n’ont pas oublié d’égratigner la Chine au passage. Ils ont osé affirmer que la Chine avait « fabriqué » le virus, pris du retard dans son contrôle, et puis l’avait « exporté » dans d’autres pays, provoquant ainsi cette « pandémie mondiale ». Ce discours est destiné à faire porter à la Chine la responsabilité des insuffisances des pays européens et des Etats-Unis dans leur riposte contre le virus.

En fait, des recherches menées par des scientifiques de différents pays, dont les Etats-Unis, l’UE, le Japon, la Chine, ainsi que de l’Organisation Mondiale de la Santé, ont montré qu’il était impossible de déterminer avec certitude l’origine du Covid-19 et que, même si l’épidémie avait éclaté en Chine, cela ne signifiait pas pour autant que sa source était en Chine.

#FAUX. Quand une épidémie éclate en un lieu déterminé, sa source est jusqu’à preuve du contraire dans ce lieu déterminé. Il n’existe AUCUN élément matériel qui permette de déconnecter les lieux de la naissance de l’épidémie du coronavirus de Wuhan et la “source” à Wuhan, Chine. En revanche, il existe, y compris dans la littérature scientifique chinoise, quantité de preuves matérielles que la source concorde pleinement avec le lieu de l’éclatement de l’épidémie.

En réalité, ce paragraphe tente d’accréditer en filigrane la théorie circulée par le régime chinois selon laquelle le virus aurait été en quelque façon inoculé par l’armée américaine (sic) à la Chine. Cette thèse tendant à recréer la réalité par le verbe du parti est totalitaire au sens strict, et typique de tous les Etats totalitaires (on se reportera utilement à “1984”).

Il était encore plus absurde de prétendre que le virus était « Made in China » alors que le peuple chinois en était la victime. Il y a quelques jours, au cours d’une audition à la Chambre des Représentants américaine, le Directeur du Center for Disease Control, M. Redfield, a reconnu qu’au début de l’épidémie de grippe apparue aux Etats-Unis en septembre dernier, des décès attribués -à tort- à la grippe étaient en fait dûs à une pneumonie provoquée par le nouveau coronavirus.

#FAUX. Il n’existe aucun cas avéré du coronavirus chinois de Wuhan aux USA en septembre NI EN CHINE. Pas un. Le premier cas documenté date du 17 novembre et se situe, bien sûr, en Chine.

Et cela a été trois mois avant le premier cas découvert à Wuhan. Alors que l’OMS avait depuis longtemps baptisé l’épidémie « Covid-19 », les États-Unis — du Président au Secrétaire d’État, jusqu’aux membres du Congrès — persistent à parler systématiquement sans vergogne du « virus chinois » et du « virus de Wuhan ». Loin de flétrir la Chine, cela ne fait qu’exposer au grand jour leur racisme et révéler leur bassesse. Des journaux qui se présentent comme grands quotidiens français indépendants et respectables ne devraient jamais s’aligner sur les tours les plus bas des bateleurs politiques américains.

La Chine, dès les premiers signes d’épidémie, a stoppé le tourisme hors de ses frontières et pris des mesures strictes pour éviter la propagation du virus à l’étranger.

#FAUX. Plusieurs semaines après que le coronavirus de Wuhan ait été documenté par des scientifique chinois, le régime chinois a laissé les Chinois, y compris de la région infectée, se déplacer à l’étranger, et les étrangers accéder à la région concernée.

Le 10 janvier, la Chine a partagé avec l’OMS la séquence du génome du virus. Lorsque le 23 janvier, la Chine a déclaré Wuhan « ville fermée », il n’y avait que 9 cas confirmés hors de Chine, soit 1% du total mondial. C’est un mois plus tard, au moment où la Chine était sur le point de vaincre l’épidémie, qu’elle a brutalement éclaté en Corée, au Japon, en Europe et aux États-Unis.

#FAUX. La multiplication par contagion du virus partout dans le monde est rigoureusement corrélée aux échanges de personnes avec la Chine.

Actuellement, les nombres des cas confirmés et des décès en dehors de Chine dépassent tous largement ceux de la Chine. Cela montre bien que la pandémie mondiale n’est pas de la faute de la Chine.

#Non sequitur. La multiplication dans chaque pays dépend de la qualité et du timing des mesures mises en place par chaque pays. Ce qui est totalement distinct de la question de la source, avérée et qui ne souffre aucun doute objectif.

L’Italie, qui est le pays européen le plus sévèrement frappé, n’a toujours pas identifié son « patient zéro ».

#La Chine n’a pas identifié son patient-zéro; ou n’a pas diffusé cette information, qui serait de nature à balayer les doutes créés et distillés par le régime chinois sur “la source” de l’infection.

Mais, selon Le Figaro du 11 mars, le 25 janvier, deux jours après la mise en quarantaine de Wuhan, le “Patient N°1” a dîné avec un collègue de travail tout juste rentré de Chine. L’homme est plus tard testé négatif, conduisant les épidémiologistes à considérer une hypothèse de la circulation préexistante du virus localement. L’épidémie en Italie a commencé à se propager à grande échelle fin février. A cette date, l’épidémie en Chine était déjà bien sous contrôle et les nouveaux cas recensés étaient peu nombreux. Les experts de l’OMS ont déclaré que la Chine, par l’ampleur de son immense sacrifice, avait offert au monde une précieuse fenêtre d’opportunité pour riposter à l’épidémie. Malheureusement, il semble que de nombreux pays n’ont pas su la saisir.

#L’épidémie en Italie est née par les échanges avec la Chine; et s’est propagée avec un effet retard sur la Chine, en vertu d’un logique chronologique élémentaire.

Le Covid-19 est l’énnemi de l’humanité toute entière.

#ça s’écrit ennemi.

Cependant, il est perçu par certains correspondants de presse français, comme un allié pour s’en prendre à la Chine. Quand la Chine s’enfonce dans l’épidémie, ils se réjouissent et en rajoutent.

#Je ne connais pas UN SEUL CAS de politique ou média occidental qui se soit réjoui de la souffrance du peuple chinois. Pas un.

Quand la Chine parvient à contenir l’épidémie sur son sol mais qu’elle éclate à l’étranger, ils accusent la Chine d’avoir, dans un premier temps, tardé à l’endiguer et d’avoir ainsi provoqué sa dissémination dans le monde entier.

#Ce qui est reproché non à “la Chine” mais au gouvernement communiste chinois est d’avoir menti à la face du monde pendant plusieurs semaines (jusqu’à deux mois) sur la réalité du nouveau coronavirus chinois de Wuhan qui lui était parfaitement connu et documenté — source, contagion, létalité — par des scientifiques chinois.

Quand la Chine, dans un souci humanitaire, propose généreusement son aide sous forme de matériel médical pour les pays les plus touchés, ils persiflent sur la « diplomatie du masque ». Bref, quoi que fasse la Chine, c’est mal.

Ces correspondants permanents basés en Chine sont imbus de préjugés idéologiques.

#Ce qui ne pourra bien entendu jamais être reproché au Parti communiste chinois, notoirement dénué du moindre préjugé idéologique.

Ils sont en Chine, non pas pour connaître le pays tel qu’il est et le peindre aux Français dans toutes ses composantes, mais bien au contraire, pour ne gratter que son côté sombre et amplifier les discours pleins de ressentiments d’opposants au gouvernement (population qu’on trouve d’ailleurs dans tous les pays) et faire croire qu’ils représentent le pays réel. Ils ont accusé un Porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères de « colporter » par son Tweet des rumeurs sur les Etats-Unis, mais jamais ils n’ont critiqué les dirigeants américains pour leur rhétorique raciste contre la Chine.

Après l’inversion de la courbe de l’épidémie, quelques soi-disant spécialistes de la Chine ont commencé à se sentir mal. Dénigrant les immenses efforts et sacrifices consentis par le gouvernement et le peuple chinois, ignorant superbement les avis objectifs et impartiaux des experts de l’OMS sur ses méthodes et ses effets contre l’épidémie, ils affirment sans en démordre que le virus est né en Chine,

#Le virus EST né en Chine et s’est propagé au monde en raison et proportion des mensonges, des semaines et jusqu’à deux mois durant, du Parti communiste chinois.

Drieu Godefridi, PhD.

http://www.amb-chine.fr/fra/zfzj/t1759387.htm

PhD Sorbonne

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store